Actualités 2019 Urbain - Bâti - Nature - Mobilité

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 12 (1 par jour)
Actualisation en continu

Actualités 2019 Urbain - Bâti - Nature - Mobilité


Ci-dessous un suivi de vos informations.


Il faut raisonner en énergie primaire et non en énergie finale. L’association d’élus Amorce sévère avec le projet de loi énergie et climat

Pour l’association Amorce, réunissant collectivités territoriales et professionnels de l’énergie, le projet de loi énergie et climat n’est pas assez acéré pour répondre aux objectifs en matière de rénovation. Il constituerait même une forme de recul par rapport à la loi de transition énergétique de 2015

  • L’organisation s’appuie notamment sur le diagnostic effectué par le Haut conseil pour le climat, sévère pour le Bâtiment. « Nous nous attendions à une réaccélération afin que la France reste crédible par rapport à ses engagements nationaux et internationaux ; au final, le texte parle bien de rénovation énergétique, mais de manière saupoudrée… »
  • Raisonner en énergie finale « avantage forcément l’électricité »
  • « Le projet de décret tertiaire [prévu par la loi Elan, NDLR] a le mérite d’exister », affirme par exemple Nicolas Garnier, « mais il est aveugle sur l’énergie consommée, au type d’énergie utilisé. Ainsi, une école chauffée au fioul ou à la chaufferie bois aura les mêmes objectifs à remplir », regrette-t-il - notant d’ailleurs une tendance générale des politiques publiques à raisonner en énergie finale, et non en énergie primaire.
modifie le 8 juillet 2019