Florilèges… Quand l’Onf fait le grand écart entre discours et pratiques…

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 1793 (3 par jour)
En débat

Florilèges… Quand l’Onf fait le grand écart entre discours et pratiques…

 
Cf ci-dessous : A propos des forêts urbaines - Arsenal de Com = Mauvais Management - L’esprit de la Forêt

Introduction
La délégation de pouvoirs reçue de l’Etat pour l’exploitation des forêts domaniales, ne doit pas laisser croire à l’Onf qu’il peut intervenir hors de toute déontologie et devoirs du travail bien fait en véhiculant un discours de façade en matière de communication et agir autrement en réalité  :

 
1- Mépris envers les riverains et habitants des quartiers urbains à proximité par non respect des obligations de communication et de pédagogie avant toute coupe :

 
2- Non respect des obligations réglementaires comme le Règlement national d’exploitation forestière (RNEF) - Texte en téléchargement. [2]
C’est bien ce qui motive la réaction du Collectif sur la parcelle 137.

3- Travail et conduite d’exploitation de mauvaise qualité, ni fait, ni à faire malgré la certification Iso 14001 !! Cf Visite de la parcelle 137 : Etat des lieux 12-08-14 par Collectif et les images associées !).

 

Compétences, Crédibilité Onf

Onf-arbre La compétence comme la crédibilité de l’Onf sont sérieusement atteintes !

Dans une société numérique, il n’y a plus de gardien du temple… mais bien davantage des savoirs reconnus et partagés dans une interactivité continue et responsable avec les citoyens.
C’est peut-être ce que signifie le discours du Président du Conseil d’Administration de l’ONF, Jean-Yves Caullet, dans un article du 28/02/2014, au Courrier des maires : Ne plus laisser l’avenir de la forêt dans les seules mains des spécialistes  : veiller à une grande diversité des profils de carrière et de formation, pour éviter de rester dans un discours monolithique ?

Les agents Onf concernés par la parcelle 137 et plus généralement le bois de Fausses-Reposes, auraient-ils oublié le sens des mots qui véhicule histoire, anecdotes, valeurs… : « L’expression « fausses reposes » vient du langage de la vénerie. Elle évoque ces feintes qu’utilisait l’animal pourchassé (cerf ou sanglier) en se cachant dans un repli du terrain ou dans un fourré pour déjouer la meute de chiens ou les équipages à cheval. Il s’agit donc du « faux repos » des animaux. »

Vous en avez fait table rase… sans discernement !
Repos pour les promeneurs, empruntant ce Chemin de la Marche (Gr1) traversant la parcelle 137 !

Quant à l’Onf… il est effectivement à la croisée des Chemins comme l’indique bien un rapport du Sénat (par M. Joël Bourin, fait au nom de la commission des finances, déposé le 21 octobre 2009).

Haut de Page



A propos des forêts urbaines…

Le dialogue avec les habitants et les marques de respect ont du plomb dans l’aile… L’Onf privilégie le buzz sur quelques opérations phares ; au détriment de la responsabilité et de la qualité professionnelle des actions quotidiennes.

Dans un communiqué presse ici :
Les forêts domaniales périurbaines d’Île-de-France, Enjeux et perspectives - Conférence-débat – Assemblée nationale - 25 janvier 2012, tout lecteur attentif peut lire :

 

  • « Lancer un plan d’action destiné à améliorer le dialogue entre forestiers et usagers de ces forêts remarquables. »

    Où est ce plan d’action pour la Forêt de Fausses Reposes ?

  • « La démarche proposée vise à renforcer les dispositifs de concertation existants, en les faisant évoluer pour mieux répondre aux attentes des élus, des associations et des partenaires économiques. Ce plan s’appuie sur trois grands axes : une gouvernance renouvelée, des techniques sylvicoles adaptées, une information partagée et anticipée. »

    Question gouvernance les riverains de la Forêt de Fausses Reposes apprécieront !

  • « Les gestionnaires de l’ONF vont développer les visites de terrain, avec les élus des collectivités concernées et les partenaires, pour un examen technique in situ des programmes de coupes en secteurs sensibles. Il s’agira d’aborder les questions techniques, les effets sur le paysage, les modalités et les calendriers d’intervention, les précautions à prendre, les informations à mettre en place avant et pendant les travaux. »

    Si les riverains de la Parcelle 137 - Forêt de Fausses Reposes - avaient fait l’objet d’autant d’attention… l’Onf aurait meilleur crédit, plutôt que d’attirer les foudres et la colère des habitants.

  • « L’ensemble des travaux conduits au niveau national, en région Ile-de-France et au sein des autres territoires gérés par l’ONF, permettront d’élaborer pour la fin de l’année 2013 une charte de la gestion des forêts périurbaines. »

    Où est le volet de cette charte de gestion concernant la forêt de Fausses Reposes ?

Rien de tout cela du côté de la Parcelle 137 - Forêt de Fausses Reposes pourtant classée Forêt de Protection par décret en Conseil d’Etat du 23 août 2007 … mais en janvier 2012, l’Onf ne semble pas au courant !!!

 
Idem pour la plaquette guide : Les forêts domaniales d’Île-de-France, un atout pour le territoire.

 

  • « Elles apportent une richesse biologique, un accès privilégié à la nature et à un patrimoine culturel unique »

    Question patrimoine… sur la parcelle 137 dominent : Chaos, enchevêtrements de gros bois, souches et rémanents, ornières, encombrement des voies et ouvrages d’écoulement des eaux, grillages et barrières dégradés, risques pour usagers sncf… !

  • « L’ONF se doit d’être attentif à mettre en œuvre une gestion adaptée. Il renforce la gouvernance et la concertation avec ses partenaires : collectivités, associations, professionnels ou usagers. »

    Discours verbeux sur la gouvernance !

  • « La dimension sociétale prévaut dans tous les actes de gestion conduits par l’ONF »

    Sociétal ! En tout cas, la vie sociale des individus ne préoccupe guère l’Onf…
    Du coup en société organisée… les riverains de la parcelle 137 forment un Collectif ! Normal.

  • « Les forêts domaniales sont des îlots de biodiversité uniques grâce à une gestion séculaire attentive. »

    La biodiversité chez nous est rasée net et la gestion séculaire rejetée aux oubliettes.

  • « Concertation active entre l’ONF et les différents acteurs du territoire : collectivités, associations… permettant d’informer, d’écouter, de définir des objectifs partagés et de proposer des projets d’aménagement sur chaque massif forestier. »

    L’actif sur la parcelle 137… c’est le bruit des tronçonneuses, agissant sans discernement pour faire table rase d’arbres plus que centenaire.
    Quant à écouter, proposer des projets… Rien vu du côté Onf. Il est vrai la parcelle est en contrebas de l’A13… Courte vue des agents de l’Onf !…
    Quant à arpenter le terrain… sur un chemin dont le nom prémonitoire est Chemin de la Marche… les agents de l’Onf ne s’y risquent guère.

  • "Les forestiers invitent leurs partenaires sur le terrain pour expliquer leur métier et comment adapter la sylviculture dans le contexte d’une forêt périurbaine : - à quoi sert une coupe ? - comment s’effectuent les choix des arbres à abattre ? - comment entretenir une futaie ? - quel impact de la coupe sur le paysage ?…"

    Aucune invitation pour la Parcelle 137 !!

Haut de Page


Arsenal de Com = Mauvais Management

Dans notre société numérique, le buzz, le copier/coller ou l’usage d’outils de com… n’ont guère d’impact s’ils ne sont pas resitués dans leur contexte, utilisés avec discernement, et surtout avec les paroles, la pédagogie, le cœur que chacun(e) peut y mettre

  • L’Onf semble une machine emballée sans jugeotte et bon sens…
  • Elle joue sa crédibilité, son image et par manque de sérieux, d’équité, d’anticipation, de réactivité… obtient des dérapages qui heurtent de front riverains et habitants.
  • Le cas de la Parcelle 137 révèle une double défaillance de management : prise de décision, suivi de l’exploitation.
  • L’une comme l’autre nuiront au renouvellement de la certification Iso pour l’Onf.
  • A méditer peut-être : « Le plus difficile dans l’art du dialogue, ce n’est pas de parler, c’est d’apprendre à écouter » - Jean-Marie Petitclerc.
Le Copier / Coller à tout va… l’art de se décrédibiliser :)

 
Une habitude chez notre interlocuteur en charge de l’Agence Interdépartementale de Versailles. Cf la forêt domaniale de Claireau - Chevreuse : votre lettre, datant du 26 mars 2014
Au vu de la situation de la parcelle 137, les phrases ci-dessous raisonnent comme autant de désaveux !

 

  • « Passage régulier dans les parcelles pour »desserrer« les tiges afin de leurs donner des conditions favorables à leurs croissances »

    A voir dans 5 ans, 10 ans si notre interlocuteur passera bien dans la parcelle 137, sécateur en main…

  • « Pour la beauté du paysage, le forestier veille à maintenir en place quelques grands arbres, judicieusement choisis. ils sont la mémoire du passé, ils suscitent chez nous toujours une émotion forte. Cette beauté rassurante nous accompagne au fil des saisons et des années. »

    Sur notre parcelle 137… les grands arbres ont TOUS été RASÉS !
    Quant à « la beauté rassurante »… c’est le désert qui va nous accompagner au fil des saisons et des années !

  • « Enrichissement de la biodiversité grâce à différentes actions réalisées comme le maintien d’arbres creux et morts… »

    Pas vu d’arbres creux ou morts DEBOUT sur la 137.

  • « Les riverains, les promeneurs sont … légitimement attentifs aux transformations des zones forestières situées près de leurs lieux de résidence »

    OUI… Plus qu’Attentifs… Révoltés.

  • « Restant très attentif aux inquiétudes du public… »

    avec 3 semaines de décalage… et encore du fait d’une interpellation vigoureuse.

 

 
Usages de com… sans discernement…

 
Idem pour notre interlocutrice responsable de l’Unité Territoriale de Versailles lors de son intervention : Chronique Forestiers par nature" du Mag de Terre d’Infos TV - 03/04/2013

 

  • "Un cas particulier des forêts urbaines :
    lorsque les coupes s’approchent des habitations… on essaye de sensibiliser au maximum : réunions avec les mairies…, avec les riverains quand c’est vraiment très sensible on fait quelque chose de très localisé un week-end, on leur explique, on les emmène en forêt… , et aussi système d’affichettes flayers… "

    Vous dites « système ».
    C’est bien là le danger.

    • De tout ce beau discours… Rien Vu, pour les riverains de la parcelle 137.
    • Pourtant le contexte local était vraiment Très, Très sensible !!
    • Nous aurait-on caché quelque chose ?

Haut de Page


Ecoutez l'esprit de la Forêt !
Cher interlocuteur…
un poste territorial n’est pas de salon !

  • Arpentez, arpentez encore les forêts de votre territoire.
  • Pensez à prendre tous les outils du forestier. La griffe vous suffira peut-être pour marquer les petits arbres de deux petits coups formant croix… car sur la parcelle 137… point besoin de marteau… Il n’y a plus de grands arbres !
  • Porter bien votre serpette à la ceinture, le chemin de la Marche sur la parcelle 137, est encombré d’acacia, ronces et autres qui débordent à l’envie.
 Chère interlocutrice, puisque les media vous nomment « La voix de la forêt »
  • Faites bouger l’Onf en privilégiant la « coupe rase » !
  • Soyez équitable dans la gestion de Meudon, Malmaison, Versailles et Fausses-Reposes… et ne vous attachez pas qu’aux opérations bling-bling.
  • Venez vous promener sur le domaine de Villeneuve-l’Etang, proche de Fausses Reposes… Vous y trouverez sans doute l’étang de la Marche et le ru de Vaucresson. C’est aussi bien que ceux de Meudon et de Villebon !
  • Haut de Page


    Cf ci-dessus : Intro - Compétences et Crédibilité Onf - A propos des forêts urbaines - Arsenal de Com = Mauvais Management - L’esprit de la Forêt


    Voir en ligne : ONF entre beaux discours et réalités vécues par riverains et habitants… Contradictions !

    modifie le 1er septembre 2014

    Notes

    [1] Cf les extraits ci-dessous du Contrat objectifs / performance

      • « Améliorer et conforter l’image de l’ONF en expliquant son action. Idem pour la communication institutionnelle : renforcer les liens avec les partenaires de l’ONF, les élus et la société civile, en expliquant en particulier les enjeux d’une gestion forestière durable pour mieux les faire accepter et partager … »
      • Gouvernance renforcée : « le déploiement au niveau national de l’outil « Programme forestier communal », destiné à rendre compte aux maires de la gestion durable conduite dans leur forêt ; la formalisation d’un dispositif de retour d’expérience de terrain. »

    [2] Et pourtant le Directeur Général Onf Pascal Viné écrit sur la politique environnementale de l’Onf : « La politique environnementale de l’ONF est établie après … une évaluation de la conformité de ces activités à la réglementation et aux engagements pris. ».

    [3] Rnef : Règlement National d’Exploitation Forrestière.