Urbanisme - Réunion du 27 Novembre
organisée par notre maire, Mme BARODY-WEISS

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 375 (2 par jour)
Points à Débattre

Urbanisme - Réunion du 27 Novembre
organisée par notre maire, Mme BARODY-WEISS

Principaux enseignements de la réunion

Bilan mitigé sur le fond des enjeux urbains et sur des choix méritant des précisions.
Une réunion cependant utile éclairant les participants sur les différents niveaux et interaction des documents d’urbanisme (diapos présentées en ligne sur le site de la Mairie).
Vous trouverez en italique divers repères sur les échanges durant la réunion, dans les encadrés « Réponses et Débats » pour chacun des thèmes que notre association Marnes-Environnement-Patrimoine avait indiqué préalablement à la réunion pour nourrir le débat public.

Evolution du contexte

   ■ L’urbanisation dans notre commune, au delà de permis ponctuels, s’est déroulée ces dernières années autour de divers projets de densification urbaine rue Yves Cariou, au stade, à la gare, dans le bourg qui répondent à des enjeux collectifs ou d’identité pour notre commune.
 ■ Aujourd’hui, face aux menaces que les promoteurs font peser sur notre urbanisation et qui inquiètent les habitants, il nous faut définir ensemble, par le dialogue,

  • les orientations urbaines de notre Village,
  • les protections de notre patrimoine bâti et paysager, sachant concilier évolution modérée du bâti et présence de la nature servant les enjeux (biodiversité, climat, îlots de fraicheur).
  • les adaptations à notre spécificité, du cadre du Grand Paris et de sa politique de densification.
Thèmes évoqués par Mme La Maire

 
 ■ Attente SCOT et DOO (document d’orientation et d’objectifs) pour la mise en conformité des PLUI et plus généralement présentation des différents niveaux et interaction des documents d’urbanisme.
 ■ Obligations légales pour logements sociaux.
 ■ Appui possible sur services GPSO et ABF (architecte des bâtiments de France)
 ■ Liaisons vélos devraient se renforcer par une piste cyclable le long du bd de la République, piste « intégrée » aux trottoirs côté Marnes.
 ■ Densification urbaine sur Ville d’Avray, Vaucresson, créant une pression sur Bourg (grandes propriétés qui ne se vendent pas sauf à des promoteurs).

 
Questions

 
 ■ Quelle réponse de Mme La Maire aux demandes de promoteurs, si leur projet est conforme au PLU ?
 ■ Quels enseignements les élus ont-ils tirés de l’annulation des permis délivrés au 33 bd de Jardy ?
 ■ Risque de ruissellement pouvant causer des débordements… ?
 ■ Interaction ASA Domaine de la Marche et PLU / Loi ALUR - ELAN. Il y a déjà eu adaptation du règlement ASA au PLU.
 ■ Usage du Règlement et Cahier des Charges historique du Parc des Terrasses ?

Ce qui devrait être davantage formalisé

 
 ■ Présenter une politique urbaine plus précise et davantage en dialogue avec les habitants.
 ■ Clarification sans ambiguïté pour inverser les priorités : Partir de la Nature, Biodiversité, Enjeux Climatiques… ensuite adapter ou imaginer l’Urbain.
 ■ Entrées de ville - A quand une réunion publique sur le sujet ? Veut-on une entrée de ville type La Défense ! Nos élus ont-ils oublié le terme de Coquette attaché à notre Village-Nature. Une entrée de Ville… c’est un premier regard… un signe pour le visiteur… l’expression d’une Identité pour les Marnoises et les Marnois ! Voulons-nous devenir un Quartier de Bureaux par effet domino ?
 ■ Interconnexions pratiques entre les quartiers (pour réduire usage voitures, le vélo n’étant pas utilisable par tous). Quelle continuité piste cyclable le long de la rue Yves Cariou (de Brézin à la Mairie).
 ■ Mobilité urbaine des séniors ou des handicapés,
 ■ Mise en place d’un local commun dans nos quartiers excentrés.
 ■ Information accessible (pas de panneau d’affichage officiel de la Mairie au Square des Terrasses)


 

Pour aller à l’essentiel (cliquez sur les liens ci-dessous.)

Ci-dessous, compléments pour chacun des thèmes (1 à 6), dans les encadrés « Réponses et Débats »

 

Si vous souhaitez nous adresser un commentaire sur cette réunion du 27 Nov :
nous écrire en cliquant ici.

Haut de Page


Danger Densification Lourde
1- Délivrance Permis de Construire
Ce qui pourrait se passer en Amont

 
 ■ Consultation préalable des habitants ?
Tout d’abord, il faut une information accessible via le panneau évoqué ci-dessous…
Certes, la mairie ne peut consulter pour tous les permis, cela dépend de l’interlocuteur ou du type de construction. Mais cela est possible au moins sur les grandes lignes du projet (pour respecter le secret de tout permis auquel est astreint le Maire) [1].

  • Si c’est un nouvel habitant, la Mairie peut l’inviter et l’accompagner dans une réunion des voisins.
  • Si c’est un promoteur, cela devrait à l’inverse être mis en place systématiquement pour éviter les informations erronées pouvant circuler. Bien sûr, après avoir demandé au promoteur de le faire de lui même.

 
En tout cas, ce serait un moment de vie locale, un complément aux règles juridiques, avant de prendre sa décision de Maire [2].

 ■ Installer au square des Terrasses, un panneau d’affichage officiel de la Mairie (pour suivi des actes administratifs dont les demandes de permis de construire.)

Réponses et débats :

=> Pas évoqué… Dommage… L’information de visu des Marnoises et Marnois à l’échelle d’un village doit devenir plus fréquente et plus proche de chaque quartier. Une occasion aussi de « vivre » notre communauté d’habitants.

 

2- Inverser Réflexion
et Action Urbaine

 
 ■ Partir de la Nature, la Biodiversité, les Enjeux Climatiques, la Faune présente… et seulement ensuite adapter ou imaginer l’Urbain !

 ■ Nombre de projets de bâti se préoccupent des fondations (présence d’argile dans notre secteur)… Pourquoi ne pas avoir aussi le réflexe de la biodiversité en faisant ponctuellement des investigations, en réduisant l’artificialisation des sols …

 ■ Pour le moins, pour tout projet de promoteur, demander une étude environnementale détaillée : incidence sur la biodiversité, l’écoulement des eaux et la perméabilité des sols. examen phytosanitaire pour les arbres, réalisée par un cabinet indépendant. Etude devant être restituée publiquement.

Réponses et débats :

=> Sous-jacent à certains propos de Mme La Maire, mais pas d’affirmation claire et volontariste.
Il demeure une contradiction dans les choix d’urbanisme et les permis de construire susceptibles d’être accordés, entre :

  • l’affirmation du développement durable comme indispensable avec les enjeux de biodiversité, de perméabilité des sols, de maintien des grands arbres…
  • et le type de décision finale envers des projets des promoteurs contredisant ces choix par une densification excessive et de plus contraire au caractère pavillonnaire de nos quartiers.

 
=> C’est un point qui mérite une clarification sans ambiguïté en particulier suite au cas du 33 bd de Jardy.
Permis de construire annulé récemment par le Tribunal Administratif ce qui devrait inciter les élus municipaux à une plus grande rigueur dans la délivrance des permis de construire (évitant par exemple un usage trop fréquent de la notion d’adaptations mineures) et à mieux définir et affirmer leur politique urbaine.
Cette dernière devenant de fait un thème fort d’engagement des candidats lors des prochaines élections municipales.

 

3- Que faire avec des Promoteurs ?

 
 ■ A quand une présentation publique de leurs projets par leurs soins ?

 ■ Comment ne pas dépendre des promoteurs et de leur seule logique de rentabilité à court terme, agissant trop souvent sans préoccupations envers les incidences négatives à court et moyen terme pour les habitants ?

 ■ Existe-t-il d’autres solutions pour des projets pavillonnaires (division parcellaire, constructeur de maisons individuelles) ?

 ■ A l’heure des circuits courts et de la biodiversité, comment veiller à ce que les constructions respectent les enjeux associés et fassent travailler les entreprises locales ?

Réponses et débats :

=> Le propos de Mme La Maire évoque une négociation au cas par cas avec comme repère :

  • PLU comme base,
  • Priorité au pavillonnaire,
  • Autres appuis : zone de protection (Versailles, Hôpital Brézin, ZPPAUP [3]) , conseils de l’ABF (architecte des bâtiments de France),
  • Contraintes : risque de reprise en main par le Préfet si non respect du quota de logements sociaux a(30%) avec une augmentation excessive de logements.

 
=> Soit, mais pourquoi ne pas en profiter pour présenter une politique urbaine plus précise en affirmant refuser le permis de construire du 33 bd de Jardy prévoyant un immeuble de bureaux, et en évoquant une prochaine modification du PLU interdisant par ex la construction d’immeubles (habitations ou bureaux).
L’évocation du refus sur ce point d’un immeuble de 10m de haut… ne suffit pas à lever les craintes des habitants quant à la destination du bâti envisagé… qui n’a rien à voir avec l’esprit « Village-Nature » de notre commune et encore moins comme signe de notre Entrée de Ville en sortie A13 !
Que Mme La Maire fasse une réunion spéciale pour consulter les habitants autour de cette Entrée de Ville ou s’inspire de l’alternative (fonctions et visuel) présentée lors de notre réunion du 12 novembre dernier.

 

4- Ecouter, Agir et Dialoguer en Proximité avec les Voisines et Voisins

 
 ■ Quelle présence pour les élus de quartier ?

 ■ Pas de local commun sur les Quartiers Ouest !

Réponses et débats :

=> Peu évoqué… Ne semble pas une vraie préoccupation.

 
Projets en cours / Alternatives

5- Imaginons des Alternatives
à la Densification Lourde et Brutale
Enjeux pour notre Village-Nature

 
 ■ 33 bd de Jardy  :
Une Entrée de Ville digne de Marnes-La-Coquette avec fonctions éducative, culturelle et économique valorisant notre commune. Cf Visuels - réunion du 12 nov.

 ■ 8 Av des Terrasses :
Protéger Biodiversité - Limiter Artificialisation des Sols - Préserver et pérenniser l’Aire Racinaire des Beaux Arbres de l’Unité Foncière. Cf Visuels - réunion du 12 nov.

  • 3 maisons nouvelles maximum + les 2 existantes,
  • 6 à 9 familles,
  • 2 fois plus de surface habitable,
  • aucun abattage d’arbres de qualité,
    ni décaissement
    de l’unité foncière constituée par les diverses parcelles.
  • Attention à toute sur-densification de l’unité foncière située en hauteur, préjudiciable à l’écoulement des eaux et à la perméabilité des sols.
  • Apprécier l’incidence du projet via une étude environnementale. Idem pour la circulation et le stationnement.

 
 ■ ASA Domaine de la Marche : Rester Vigilants.

 ■ Stade : Arrêter la Densification.

 ■ Bourg : Avenir des propriétés ayant de grands terrains.

Réponses et débats :

=> A priori pas d’immeuble au 8 av des Terrasses mais comme une simple affirmation. Toujours en discussion avec Promoteurs. Pour le 33 bd de Jardy… à suivre avec attention.

 
=> Risque de ruissellement évoqué pouvant causer des débordements… Aucune étude générale n’est disponible dans le Dossier Départemental des Risques Majeurs de la Préfecture 92 !

 
=> Reprise du propos sur l’avis négatif émis par Mme La Maire envers le PLU de Vaucresson … mais en mentionnant plutôt le Domaine de la Marche alors que le Parc des Terrasses est pourtant aussi concerné.

 

6- Travaillons ensemble
à un Projet de Territoire de Proximité
ou Territoire du Quotidien

 
 ■ Nos quartiers sont à Marnes… mais bien souvent tournés vers les services, les fonctionnalités d’une commune proche : Quartiers ouest vers Vaucresson, Garches… Bourg vers Ville d’Avray… Gare vers Garches…

 ■ Nous sommes une commune certes entité administrative, mais coupée en deux par l’A13 et la ligne SNCF… Et aussi une commune « aux frontières » de deux territoires du Grand Paris (GPSO et POLD) [4] qui auront chacun leur façon de faire et de produire les PLUI !

 ■ Comment dans ce contexte, peut-on penser l’urbain à la seule échelle communale !
Engageons un travail pouvant alimenter, au travers d’un Projet de Territoire de Proximité (du quotidien) [5] , les PLUI en identifiant ensemble, quelques repères clés dans les vécus quotidiens de nos quartiers :

  • proximité : courses (marché, commerces), services de soins, autres services du quotidien, mobilités, loisirs…
  • incidence pour Marnes du déménagement de l’hôpital Raymond-Poincaré à Ambroise-Paré et transformation des locaux ou arrivée de promoteurs…
  • qualité de notre entrée de ville en sortie A13,
  • liaisons douces entre quartiers (vélo, piétons),
  • perspectives à moyen terme du pôle économie et patrimoine de Pasteur,
  • appréciation des risques généraux résultant de la sur-densification urbaine dans les communes voisines : réduction perméabilité des sols (pouvant provoquer des remontées de nappes, des inondations), sols argileux (risque gonflement/ retrait des sols), bruit, circulation) [6].

 
Contactons les associations à proximité et rencontrons les élus et acteurs économiques concernés pour proposer de constituer un réseau des acteurs du développement local pour notre territoire / bassin de vie en particulier sur les enjeux services, mobilités, densification douce.

 ■ Préparer en amont avec le service Urbanisme de GPSO le contenu de notre PLUI à la fois sur les items de « base » mais aussi ceux permettant de développer une densification douce à l’initiative des habitants, en liaison avec nos élus.

 
 ■ Notre chance est d’être au point de convergence de trois entités paysagères : le versant de Garches, Forêt de Fausses Reposes et Parc de St Cloud, Vallée de Marivel. Saisissons cette chance pour affirmer notre identité de Village-Nature, aux « frontières »… « en contact avec » comme un des atouts du Grand-Paris.

Réponses et débats :

=> Evoqué mais sur le seul cas vélo… Liaisons vélos devraient se renforcer par une piste cyclable le long du bd de la République, piste « intégrée » aux trottoirs côté Marnes.

 
=> A suivre et à élargir à d’autres sujets du quotidien qui concernent les services de proximité et les bouleversements à venir comme le déménagement de l’hôpital Raymond Poincaré.


   

Pour aller à l’essentiel (cliquez sur les liens ci-dessous.)

 

 
Si vous souhaitez nous adresser un commentaire sur cette réunion du 27 Nov :
nous écrire en cliquant ici.

Haut de Page


Voir en ligne : Notre entretien avec Mme BARODY-WEISS - Notre maire

modifie le 6 décembre 2019

Notes

[1] Accès documents administratifs CADA : Tant que la décision n’est pas intervenue, les documents ont un caractère préparatoire au sens du deuxième alinéa de l’article L. 311-2 du code des relations du code des relations entre le public et l’administration et échappent donc provisoirement au droit d’accès.

[2] Dans les années 80, c’est ce que faisait le maire de la petite commune d’Etoile (dominant la Vallée du Rhône).

[3] ZPPAUP (zones de protection du patrimoine architectural urbain et paysager) devenu APAV (aires de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine) Cf Ministère de la Culture.

[4] GPSO : Grand Paris Sur Ouest regroupant les 8 communes suivantes : Boulogne-Billancourt, Chaville, Issy-les-Moulineaux, Marnes-la-Coquette, Meudon, Sèvres, Vanves et Ville-d’Avray.
POLD - Paris Ouest la Défense regroupe 11 communes : Courbevoie, Garches, La Garenne-Colombes, Levallois-Perret, Nanterre, Neuilly-sur-Seine, Puteaux, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, Suresnes, Vaucresson.

[5] Le recours à l’expression « territoires de proximité » invite à privilégier les « territoires du quotidien » – nés de la pratique de l’espace géographique, ceux-ci consistent en aires de chalandise, d’influence, de service (hôpitaux), de loisirs, de mobilités ; et se caractérisent par des contours flous et mouvants – et le point de vue de l’habitant et de ses usages. Le territoire est alors déterminé par le réseau des acteurs qui sont capables de travailler ensemble à un projet de développement ».
A distinguer des territoires institutionnels type commune. Bien sûr, entre les deux réalités de vécu, le dialogue doit s’installer et les actions converger.

[6] Du fait de la densification lourde, prévue dans la partie centrale de Vaucresson, l’eau qui circule dans son sous-sol (Ru de Vaucresson)… plus le ruissellement des coteaux nord, sud et ouest, l’incidence sur la nappe phréatique peuvent provoquer des désordres importants sur la structure des bâtiments et avoir des conséquences sur certaines maisons du Domaine de la Marche. Plus généralement voir le Dossier Départemental des Risques Majeurs - DDRM
Cf celui des Hauts de Seine comprenant les points suivants :