L’emprise des Promoteurs s’accentue, à Marnes et aux alentours.

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 366 (4 par jour)
En débat

L’emprise des Promoteurs s’accentue, à Marnes et aux alentours.

Nous attirons votre attention sur la concomitance de plusieurs actions des promoteurs ces derniers mois sur notre commune et sur des lieux proches comme Vaucresson ou l’Île Seguin… Il suffit également de regarder le boulevard de la République, côté Garches ou encore la rue de Marnes menant à Ville d’Avray, pour voir l’ampleur des « ravages » en cours. Rappelons que les permis de construire de Marnes sont instruits par les services ad hoc de Ville d’Avray…

Pour aller à l’essentiel (cliquez sur les liens ci-dessous.)

 
Nous ne devons reculer devant aucune action, qu’elle soit d’influence ou juridique.
 

► Rappel historique et actualités

 

Côté Marnes-La-Coquette
◼︎ Après les permis de construire accordés en 2017 et 2018 par Mme Barody-Weiss et Mr Feltesse à l’entrée de Marnes au sortir d’A13, par une interprétation extensive de la loi (4 adaptations mineures !), trois de nos voisins (que nous remercions ici d’avoir défendu notre quartier des Terrasses) ont engagé une action en justice ayant conduit à l’annulation des permis par le tribunal administratif puis, en appel le 28 janvier 2022, à une demande du juge de modifier ces permis sous un délai de 4 mois (adapter le local vélo et recentrer sur une fonction strictement bureaux).

 
◼︎ Entre temps le promoteur avait déposé une nouvelle demande de permis pour 484 m2 de bureaux dont nous apprenions, ce Vendredi 26 février 2022, que le même promoteur l’avait retirée. Nous avions exprimé publiquement un refus ferme de ce type de projet contraire aux valeurs marnoises, et au contexte pavillonnaire dans le périmètre de Jardy  ; opposition exprimée tant à Mme Barody-Weiss qu’à l’Architecte des Bâtiment de France (ABF).

 
◼︎ Qu’en déduire ? Le maire ayant parlé d’une médiation… Que nous réserve l’avenir ? Un projet de bureaux sur un permis ancien actualisé ? Un autre permis à venir ? Un de plus !!

 
◼︎ Tout ceci est rendu possible par un PLU actuel peu protecteur - car trop vague - et par une absence de politique urbaine du Conseil Municipal pour nos entrées de ville.

 
◼︎ Immeuble au 8 av des Terrasses Résolu après le refus par le maire de la demande de permis de construire … mais rien n’est pour autant réglé sur le devenir des parcelles correspondantes. Cf Danger 8 av des Terrasses - EVOLUTION du Projet de densification urbaine - Quartier des Terrasses.

 
Les promoteurs font leur marché à proximité
3 projets préoccupants, annonciateurs du laisser-faire des autorités, 2 à Vaucresson et 1 majeur sur l’Île Seguin.

 
◼︎ Sur Vaucresson au bas du Bd de Jardy Cf Réunion Vaucresson - Présentation du projet immobilier Jardy-République-Garrel par le promoteur Accolade et cabinet d’architectes REV - 31 Janvier 2022 : 90 logements (62 en accessions libre, 28 logements sociaux) avec un bâti sur 5 niveaux soit environ 15m de haut et un parking de 108 places dont une partie serait réservée aux visiteurs des habitants de l’immeuble… ce qui n’est guère rassurant face au stationnement sauvage alentour. Plusieurs des habitants de Marnes se mobilisent et nous leur apporterons notre aide.

  • Rappelons sur Vaucresson encore un autre effet de la densification voulue par la Métropole de Paris situé sur la route Napoléon III, sur le site dit du Trapèze. : construction en cours Yves du Manoir présentée par la mairie mais jugé incohérent par d’autres : 106 logements répartis sur 4 bâtiments avec 1 cabinet médical au RDC et 1 Bâtiment d’activité. Superficie de plancher autorisée : 8829 m2. Hauteur des constructions : 12,63 m.

 
◼︎ Côté Île Seguin, par notre lettre N°3 de mai 2021, nous vous informions du projet immobilier prévu sur l’Île (anciennement Renault). Après avoir rejeté un premier opérateur DBS, le maire de Boulogne, Pierre C. Baguet (président de GPSO, un comble de le voir semer de quoi détruire notre modèle pavillonnaire ! Qui le soutient ?) a fait appel à Bouygues immobilier et à l’agence BIG.

  • La délivrance des deux permis de construire nécessaires était subordonnée à une consultation du public, par voie électronique. Le samedi 19 février 2022 la consultation a été close. Vous retrouverez une synthèse des observations faites en cliquant ici. La consultation révèle un fort rejet à 72,5% du projet de bureaux présenté et une forte aspiration « à du vert » ! Cf Le Parisien.
  • Pour mieux comprendre la situation et pourquoi notre association s’y implique, aux côtés de la « Coordination des 27 Signataires de La Déclaration de l’Île Seguin », nous vous invitons à lire 4 lettres thématiques récemment publiées. Vous y retrouverez nombre de nos préoccupations sur le territoire de Marnes, même si nous les formulons parfois différemment.
    • Cliquez sur les liens : La première : Faut-il encore des bureaux sur l’Île Seguin ? La seconde  : Le green washing, ne peut remplacer la végétation en pleine terre ! La troisième : La mise en péril d’un site et d’un paysage remarquable La quatrième : Un Désaveu manifeste. 72,5% des contributions rejettent le projet.
  • Pensez à les faire circuler parmi vos connaissances et vos réseaux. NB : Ces lettres ont été largement diffusées (presse, élus GPSO, Conseil département, Région, Métropole, divers réseaux professionnels et civils).
    A lire aussi un récent communiqué de presse : L’Île Seguin dans l’impasse ?

► Nous ne devons reculer devant aucune action,
qu’elle soit d’influence ou juridique.

 

Recours gracieux pour débuter…
◼︎ Par exemple, pour confirmer leur détermination à lutter contre la bétonisation de l’Île Seguin, sachez que : 7 signataires (ayant intérêt à agir) de La Déclaration de l’Île Seguin ont déposé divers recours gracieux contre l’arrêté du Préfet de Région accordant à Bouygues Immobilier, l’agrément institué par l’article R.510-1 du Code de l’urbanisme, autorisant la construction de 113.000 m2 de bureaux sur la partie centrale de l’île Seguin. Ceci au vu de l’aggravation du déséquilibre bureaux/logements, de l’incompétence du Préfet de région en tant que signataire de l’arrêté, des conditions irréalistes de l’application de la loi SRU à Boulogne en matière de compensation en logements et de la réversibilité de bureaux en logements (très discutable sur le plan technique) et incompatibles avec le PPRI (plan pluriannuel de risque inondation) en vigueur. Ces signataires ont aussi déposé un recours gracieux hiérarchique auprès de la Ministre de l’Ecologie avec les arguments développés dans le recours gracieux adressé au préfet de région.

 
◼︎ Aujourd’hui, comme nous l’avions largement annoncé (cf ci-dessous, le schéma de nos quartiers ouest avec des immeubles partout à 5 ans, 10 ans, 15 ans… et un schéma similaire sur la progression parcelle après parcelle des promoteurs vers nos communes situées à l’ouest de l’Île Seguin) ; les promoteurs ne se limitent pas à pointer leur nez en frappant à nos portes pour « prendre de nos nouvelles »… Ils sont là. Nous devons réagir.

 
◼︎ Demain, une très forte mobilisation de tous les Marnois, est la seule façon de les faire reculer, y compris dans le bourg.

  • d’abord nous avons des phases de dialogue possible avec notre maire mais aussi avec nos conseillers municipaux. N’hésitez pas à les questionner.
  • si les permis de construire sont accordés à des promoteurs s’ouvre une phase de recours gracieux auprès du Maire que peuvent engager des voisins par exemple ayant intérêt à agir.
  • si la réponse de ce dernier est négative, la voie judiciaire est ouverte. Elle peut durer des années et le Permis de Construire n’étant pas "purgé de tout recours, le promoteur n’obtient alors pas l’aval des banques.
 
L'impact des documents d'urbanisme
◼︎ Le SCoT (schéma de cohérence territoriale) étant très orienté vers une densification lourde, nous devons agir pour que le futur PLUi (plan intercommunal qui se substituera au PLU actuel) respecte nos identités urbaines pavillonnaire et notre cadre de vie. Prenez le temps de parcourir notre document Repères Marnes Préparer le PLUi Cliquez ici.

 
◼︎ La modification du PLU étant engagée, il sera essentiel de voir ce que la Mairie écrira déjà concrètement sur ce point.

 
◼︎ La prochaine réunion - le 9 mars - de la Commission extra-municipale à laquelle nous participerons sera l’occasion de faire le point de la situation en toute franchise en particulier sur les objectifs de la modification du PLU.

A propos des promoteurs immobiliers
◼︎ Vision court et moyen terme Le promoteur immobilier est un acteur économique à fort impact lobbying.
Métier orienté : - rentabilité financière maximale -, sans considération pour le quotidien des habitants, les lieux ou encore les enjeux de notre époque : risque climatique et biodiversité. Ceci pourrait générer des externalités négatives dont les coûts collectifs dépassent de loin la rentabilité du promoteur…
  • Se tenir au courant des projets d’une collectivité, des petites et grandes histoires de ses habitants, y avoir les bons réseaux, lire la presse locale… Comprendre les projets des villes, ce que souhaitent les élus, et ensuite proposer une bonne affaire aux propriétaires qui souhaitent vendre.
    • La pratique courante des sauts de puces consiste à remembrer des parcelles proches et trop petites pour y implanter un immeuble entier.
    • Anticiper les opérations immobilières : en moyenne 4 ans. Avoir pas mal de sous-traitants. Saisir les opportunités dans l’évolution d’un PLU.
  • Calcul de rentabilité en contexte à la fois d’incertitude : ne pas avoir de recours, séduire les cibles en multipliant les visuels faux mais beaux (usage de grand angle, façade nord ensoleillée, végétaux très hauts même si en pot etc… !).

 
◼︎ N’aime pas trop les évolutions législatives ou normes… Très actif en lobbying tant au niveau français qu’européen. Il connait bien les interlocuteurs publics et ministériels… et use aisément des passages public / privé ou d’autres approches contribuant à la « porosité » des pratiques et des objectifs.


Haut de Page

Un seul immeuble Aujourd’hui - A 15 ans ce sont des immeubles partout

Un seul immeuble Aujourd’hui - A 15 ans ce sont des immeubles partout


► Notre vigilance collective doit s’accentuer durant les mois à venir !

 

Merci à celles et ceux
qui nous ont témoigné leur soutien dans ce refus de voir disparaître nos quartiers pavillonnaires avec nos jardins, nos dégagements arborés, sous des barres d’immeubles ou dans une flambée de bureaux. Même si les évolutions récentes liées au télétravail confirment l’ineptie.
 
N'hésitez pas à interpeller
… sur ce point tant notre Maire que l’ensemble des conseillers municipaux ; en particulier les conseillers de quartier dont le silence est fort inquiétant en la matière.

Haut de Page


modifie le 3 mars 2022